Comité de soutien à Nathalie Morin, Samir, Abdullah et Sarah

Débats de chambre des commune avec Mme Lalonde – 23 novembre 2009

Le lundi 23 novembre 2009, Mme Francine Lalonde, députée du bloc québécois, pose ses questions à la chambre des communes:

Mme Francine Lalonde (La Pointe-de-l’Île, BQ):

Monsieur le Président, de retour d’Arabie Saoudite, le ministre des Affaires étrangères a déclaré que le dossier de Nathalie Morin, cette jeune Québécoise qui est retenue avec ses enfants à l’étranger par un conjoint violent, relève du « conflit familial » qui devrait être réglé selon les lois saoudiennes.

Pourtant, des experts invités au Comité permanent des affaires étrangères et du développement international sont venus rappeler que la Charte des droits et libertés oblige le gouvernement canadien à protéger ses ressortissants à l’étranger.

Est-ce que le ministre des Affaires étrangères va enfin se décider à plaider la cause de Nathalie Morin et de ses enfants auprès des autorités saoudiennes?

 

M. Deepak Obhrai (secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, PCC):

Monsieur le Président, le gouvernement ne ménage pas les efforts pour protéger les Canadiens à l’étranger. Nous travaillons avec nos représentants consulaires, avec les représentants saoudiens et avec toutes les personnes concernées pour régler cette affaire et nous continuerons de le faire.

 

Mme Francine Lalonde (La Pointe-de-l’Île, BQ):

Monsieur le Président, le conjoint violent de Nathalie Morin a demandé 300 000 $US en échange du divorce avec Nathalie et de la promesse qu’il la laisserait revenir au Canada avec ses enfants.

Selon les Affaires étrangères, il s’agirait d’une demande légitime en regard du droit saoudien. Cette demande de rançon constitue pourtant une violation des droits humains.

Quand ce gouvernement va-t-il se concentrer sur sa première responsabilité, c’est-à-dire délivrer Nathalie Morin et ses enfants des griffes de son conjoint violent?

 

M. Deepak Obhrai (secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, PCC):

Monsieur le Président, le ministre des Affaires étrangères a dit à maintes reprises qu’il aimerait régler cette question. Toutefois, notre priorité est de veiller au bien-être des enfants, le temps que Nathalie et son mari règlent leurs différends.

Je rappelle à la Chambre que le Canada a par deux fois facilité le retour de Nathalie au Canada et que chaque fois elle est retournée de son propre chef en Arabie saoudite, contrairement à ce que nous lui avions conseillé. Nous continuerons néanmoins d’offrir notre aide.

28 novembre 2009 - Posted by | Évènements | , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :